Je vous avais dit qu'on parlerait un peu cuisine... En ces temps de crise, on a besoin de réconfort (thématique ?), donc...

Les financiers de Noël...

Une recette ultra rapide, des gâteaux moelleux... Un régal dont on ne peut se priver.

IMG_3691

Proportions pour 2 plaques à muffins...
Avec des moules mous, on gagne du temps, pas besoin de beurrer.
Je suis une adepte totalement convaincue !

30g de farine
100g de beurre
50g de poudre d'amande
3 blancs d'oeuf
1 sachet de sucre vanillé
90g de sucre glace

Donc, la semaine où vous mangez des pâtes à la carbonara et un tartare... vous gardez les blancs (2 jours au frigo) et dés que vous en avez 3, hop, hop, hop, ça change des meringues :-)

Allez, c'est parti pour 10 mn de préparation...

- Préchauffer le four à 240°
- Mélanger les poudres (farine, amande, sucres), incorporer les blancs d'oeufs puis le beurre fondu (liquide)
Bon, si vous le faites, vous allez penser que je suis dingue, qu'il manque un truc dans la recette... c'est d'un aspect méga gluant  (oeuf + beurre = hurg), mais c'est la bonne consistance, je vous le promets !!!
- Remplir les moules (la moitié de la hauteur d'un muffin)
- cuire 10 mn (les gâteaux doivent être à peine colorés) et démouler aussitôt
- laisser refroidir sur une grille avant de déguster (sinon, les gâteaux sont encore mous !)

Et voilà....

IMG_3688

Quand j'étais petite, ma grand-mère appelait ça des Visitantines. Je trouvais le nom très joli, un peu coquin (une sorte de gourgandine !) presque  raffiné, comme ces gâteaux qu'on appréciait toutes les deux ! Bien plus poétique en tous cas que Financiers ! Je me suis demandé d'où venaient ces noms.
Voilà ce que j'ai trouvé...

Les soeurs visitandines fabriquaient depuis le Moyen Âge des petits gâteaux ovales et moelleux au délicieux goût d'amande mais comme la plupart des pâtisseries aux amandes, elles connurent une éclipse après la Renaissance (l'arsenic sentant l'amande amère, et Catherine de Médicis et ses suivantes ayant une fâcheuse propension à offrir des cadeaux empoisonnés, on se méfia pendant des siècles de tout ce qui était à base d'amande).
Vers 1890, le pâtissier Lasne remit les visitandines au goût du jour. Comme son magasin était tout prêt de la Bourse, sa clientèle se composait en grande partie de financiers désireux d'avaler sur le pouce (quand ils étaient autour de la fameuse corbeille) un petit gâteau qui ne salisse pas les doigts. Lasne eut aussi l'idée (très marketing avant l'heure) de changer la forme ovale de la pâtisserie originelle pour évoquer celle d'un... lingot d'or. Le financier était né !

financiers

Ceci étant dit, on trouve d'autres recettes sur la toile. Dans la plupart, on monte d'ailleurs les blancs en neige. Je suis sûre qu'elles sont plus proches de la recette de Môssieur Lasne, mais la rapidité et le résultat de la recette que je vous livre aujourd'hui font qu'elle vaut vraiment la peine d'être essayée !
Parfum d'enfance !